La dégénérescence


Toute espèce vivante possède un patrimoine génétique: un assemblage de nucléotides formant  l'ADN. Cette chaîne de la vie se compose de petites unités : les gènes , permettant à la cellule de produire diverses protéines... Ce sont ces gènes qui donnent à chaque espèce ses caractères, la différenciant des autres.
Bien qu'il soit possible que la vie soit apparue a plusieurs endroits différents , la plupart des scientifiques s'accordent à dire que toute les espèces vivantes actuelles proviennent d'une même souche vivante originelle; cependant , la vie terrestre connaît une énorme diversité , si bien que l'on peut avoir du mal à croire que toutes ces espèces dérivent d'une même souche. Et pourtant , l'évolution permet d'expliquer cette biodiversité : un élément extérieur(substance chimiques mutagènes ou photon possédant une grande quantité d'énergie) détruit une partie de l'ADN, alors , l'organisme essaie de réparer l'ADN à l'identique. Mais parfois , ce mécanisme se trompe, ou ne dispose pas des données suffisantes  pour réparer à l'identique : la spirale d'ADN ainsi réparée se trouve être différente de celle qu'elle était avant d'être altérée ; la protéine produite par le gène ayant été touché est donc différente de celle qu'il y avait avant: on appelle ce phénomène la mutation.

Il faut encore que cette mutation soient sexuellement transmissible : si c'est le cas , toute la lignée descendant de cet individu, qui sera porteuse de la mutation, est soumise à la sélection naturelle,ainsi, si elle avantage ces individus dans leur milieu naturel, ceux-ci auront plus de chances de rester en vie et de se reproduire que l'espèce non-mutante, et auront tendance à gagner du terrain sur celle-ci...si, au contraire, elle n'est pas viable ou désavantageuse, les individus dotés de cette mutation auront du mal à se reproduire, et finiront par disparaitre: cette mutation désavantageuse finira donc par disparaître, grâce à la sélection naturelle, qui fait le tri entre les bonnes et les mauvaises mutations..

Mais l'Homme, grâce à son intelligence et les prouesses médicales qu'il a réalié, a su progressivement se placer au-dessus des règles inhérentes à la vie: il a progressivement fait barrage à la sélection naturelle, pour arriver aujourd'hui a une quasi-absence de sélection naturelle.
D'un coté, cet arrêt de la sélection naturelle a permis la prolifération  de l'espèce, en permettant à la grande majorité des individus de survivre; mais de l'autre, ce blocage de la sélection naturelle a eu deux effets  d'une telle gravité qu'ils mettent en danger, à long terme, la survie de l'espèce:  

1- Le blocage du processus d'évolution: la plupart des individus peuvent se reproduire avec une égale intensité: ainsi, quelqu'un qui porte une mutation avantageuse n'aura pas plus de chance de se reproduire que les autres...

2- La dégénérescence de l'espèce, du fait que des individus porteurs de tares génétiques, ou mutations dévalorisantes, peuvent se reproduire autant que les autres, et petit à petit, toutes les mutations étant à égalité, on voit se multiplier des individus porteurs de tares plus ou moins graves ( athme, myopie, pour les moins graves, et des tares qui devraient normalement provoquer la mort immédiate de l'individu, comme l'absence de système immunitaire, et des maladies dangereuses pour l'individu sur le long terme comme le diabète). Bien que certains individus ne pourront vivre qu'à l'aide d'une assistance médicale permanente, ils pourront se multiplier avec la  même intensité que ceux qui ne portent pas ces tares.
Ces tares seront transmises aux descendants ce qui fait que le nombre de porteurs de tares restera en constante augmentation. L'espèce s'affaiblit avec la quasi-totalité de la population atteinte de tares génétiques.

Quelle solution à ce problème de dégénérescence? L'eugénisme ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site